Revue de Presse

rolled-up-newspaper_1f5de-fe0f.png
clipboard_1f4cb.png
spiral-calendar_1f5d3-fe0f.png
spiral-calendar_1f5d3-fe0f.png
clipboard_1f4cb.png
rolled-up-newspaper_1f5de-fe0f.png

Clap d'ouverture pour les jeunes réalisateurs

23 avril 2019

DNA

PRÉSENTATION

Voilà déjà de nombreuses années que Julien Baracat, animateur au CSC Robert Schuman propose aux élèves du collège Kleber de Haguenau de découvrir les divers aspects de l'audiovisuelle à travers la réalisation de court-métrage. Dans la mesure du possible, il propose ensuite à ces mêmes jeunes, maintenant lycéens, de prolonger l'expérimentation dans le cadre d'un projet plus ambitieux.

En 2012, un groupe d'une dizaine de collégiens avait réalisé un petit court-métrage Que le temps soit avec vous puis l'année suivante, une mini-série de quatre épisodes, intitulée 4e 7.

Cette année encadrée par Julien, ils ont souhaité se lancer dans la réalisation d'un court-métrage d'une vingtaine de minutes encadré par différents professionnels auxquels ils feront appel en fonction des besoins qui se feront sentir au cours de l'avancement du projet. Pour l'heure le réalisateur strasbourgeois Michael Krsovsky a accepté de les suivre lors des différentes étapes du projet.

L'objectif est de faire connaître le projet aux habitants du territoire et de rassembler toutes les bonnes volontés désirant apporter leur contribution à la réalisation du film. Afin de compléter le budget de cet ambitieux projet, une campagne de financement participatif sera également lancée.


CAMPAGNE DE FINANCEMENT PARTICIPATIF

Selon leur savoir-faire et leur motivation les autres membres de l'équipe s'inscrivent dans des groupes de travail spécifiques. Dans le groupe «Écriture», ils aident à la réflexion et à la rédaction du scénario et dans le groupe «Communication», ils participent à la réalisation de tous les outils nécessaires à la communication du projet (réalisation du logo et du site internet, création de l'affiche...).

Plusieurs pistes de scénarios sont actuellement à l'étude, l'objet du film devant s'adresser à des jeunes permettra d'aborder leurs problèmes à travers leur quotidien. Le synopsis définitif devra être bouclé au cours de l'été afin que le tournage puisse commencer lors des congés de la Toussaint. Parallèlement une campagne de communication sera lancée à partir de septembre prochain.

Baptisée « Sons of scenarii », l'équipe de tournage s'est constituée début décembre et est entrée dans une démarche de responsabilisation. Romain, le jeune réalisateur, élève de première au lycée Robert-Schuman de Haguenau a participé à toutes les étapes administratives, de la conception au dépôt des projets auprès des financeurs comme la CAH, le crédit mutuel, la CAF, le RECIT.

L’équipe « Sons of Scenarii » fait son casting

31 janvier 2020

DNA

Le projet est en cours de préparation et il y a encore tant de choses à faire…

Alors que le travail d’écriture a bien avancé pendant les vacances de Noël, il est temps de partir à la recherche des acteurs et figurants qui donneront vie à l’histoire et qui participeront au tournage. Celui-ci aura lieu sur le territoire pendant la deuxième quinzaine du mois de juillet.


APPEL À TOUTES LES BONNES VOLONTÉS LOCALES

« Nous avons besoin d’une majorité de jeunes mais aussi de quelques adultes » précise Romain, le chef du projet. Le jeune réalisateur et son équipe souhaitent en particulier trouver deux des personnages principaux. Deux jeunes femmes âgées de 16 et 19 ans dont Camille, cheveux blonds et bouclés, de taille moyenne, ainsi que Morgane, cheveux noirs, portant des lunettes et de taille moyenne également.

Deux jeunes hommes également, de 16 et 19 ans. Nathan, cheveux courts, grand et musclé, et Gabriel, cheveux courts et de taille moyenne.

L’équipe recherche aussi un jeune adulte, entre 25 et 33 ans, cheveux mi-longs, barbe de 5 jours, de corpulence fine, yeux bleus et taille moyenne ainsi qu’une femme, entre 38 et 45 ans, et un homme, entre 50 et 65 ans, au visage sévère et à la carrure d’un ancien militaire. Une des scènes du film demande un nombre important de figurants âgés entre 16 et 20 ans.

Les détails concernant les différents profils ne sont mentionnés qu’à titre indicatif. La qualité de l’échange avec les candidats, leur compétence d’acteur ainsi que ce qu’ils dégagent face à la caméra seront privilégiés.

Ce court-métrage est un projet que les jeunes cinéastes souhaitent ouvert vers l’extérieur. Aussi, ils en appellent à toutes les bonnes volontés locales. Si des personnes sont intéressées et souhaitent participer, contribuer à leur échelle, préparer un repas, prêter du matériel, un véhicule…, elles sont invitées à contacter l’équipe pour se signaler.

Action ! Haguenau, ville de tournages

Ophélie Gobinet

31 août 2020

Maxi Flash

En juillet, l’équipe de la mini-série « Une Affaire Française », produite par TF1, a posé ses valises à Haguenau. Consacrée à l’affaire du petit Grégory, l’épisode met notamment en scène Michaël Youn, Gérard Jugnot et Guillaume de Tonquédec.

Pour l’occasion, ce sont les locaux de l’ancien tribunal de grande instance, au centre-ville, qui ont servi de décor au tournage. Films, séries, mini-séries, films d’entreprises ou d’étudiants : qu’elles soient nationales ou locales, les productions semblent apprécier les rues et les bâtiments haguenoviens.

Les demandes d’autorisations de tournages sont variées, indique Anne Constancio, directrice de la communication à la mairie de Haguenau, qui s’occupe des demandes de tournages :

« Ça peut être des acteurs privés haguenoviens qui souhaitent valoriser leurs réalisations innovantes, ou des professionnels du cinéma qui recherchent des lieux précis, des étudiants en audiovisuel qui réalisent des sujets sur le terrain ». La réalisation de Sons of Scenarii, un court-métrage de lycéens haguenoviens en est l’un des plus récents exemples (Maxi Flash n°202).


DES TOURNAGES SOUTENUS PAR LA COLLECTIVITÉ

« Les demandes [de tournages] sont très variées et nécessitent un accompagnement spécifique de la ville », précise Anne Constancio évoquant la mise à disposition des sites de tournage et le concours de la police municipale pour superviser le blocage des rues et la modification de la circulation. Les tournages sont, dans leur grande majorité, soutenus et facilités par la collectivité, tant qu’ils ne nuisent pas au bon fonctionnement de la ville et participent à sa notoriété.

Et si Haguenau n’est pas présente à l’écran, certaines productions étrangères n’ont pas hésité à reconstituer les décors locaux loin de l’Alsace. Ainsi, en 2000, l’épisode 8 de l’emblématique série « Band of Brothers », produite par Steven Spielberg et Tom Hanks, met en scène des soldats américains devant traverser la Moder. Magie du cinéma : la scène a été reconstituée sur une ancienne base militaire en Angleterre. Pour reconstituer les décors, Tom Hanks et Steven Spielberg étaient tout de même venus en repérage dans la région, explique le site Haguenau.blog.

Une année en dehors du cadre

Battiste Delfino

7 septembre 2020

Maxi Flash

Après une quinzaine de courts-métrages publiés sur les réseaux sociaux, l’équipe de créateurs autodidactes Sons of Scenarii préparait la suite.

Malheureusement, un événement improbable a frappé le monde et leur agenda, repoussant à la fin de l’année les premiers jours de tournages de leur moyen-métrage.


SONS OF SCENARII A TOUT APPRIS SUR LE TAS

Fondée il y a quatre ans de manière « non officielle », à la sortie du collège, l’équipe de Sons of Scenarii n’a trouvé que très récemment son identité en s’inspirant de récits d’anticipation dystopiques comme La ferme des animaux de Georges Orwell (1945) ou du film d’anticipation Brazil (1985). « Depuis plusieurs mois, on essaye d’intégrer cette pâte à nos courts-métrages, en exploitant le chemin du rêve, du confus, et de l’incompréhensible, sur toile d’une société dérangée », confie Romain Le Geay, co-fondateur de Sons of Scenarii et réalisateur de l’équipe.

Le temps dégagé par la COVID-19 leur a permis de varier ces horizons, à défaut de pouvoir progresser sur leur moyen-métrage. Il y a trois mois, ils publient ainsi leur premier reportage, après s’être essayés à la technique du stop motion. La quinzaine de collaborateurs de Sons of Scenarii a tout appris sur le tas, du montage à la prise de son, en passant par le jeu d’acteur. L’an prochain, certainement lors des vacances scolaires d’avril 2021, ils souhaiteraient mettre à contribution des professionnels pour consolider leurs connaissances d’autodidactes. Auparavant, ils mettront en ligne un premier Making of et réaliseront un spot en partenariat avec le Centre socioculturel Robert Schuman, leur premier contrat professionnel.

Du Pain sur la Planche

4 octobre 2019

DNA

PRÉSENTATION

L'équipe de jeunes passionnés de vidéo, « Sons of scenarii », prépare son projet de court-métrage. Après plus d'un an de réflexion, il est temps pour le réalisateur Romain Le Geay et la cheffe opératrice Floriane Walter de réunir les membres de l'équipe et de se mettre sérieusement au travail.

C'est au CSC Robert-Schuman que l'histoire a commencé par la rencontre au lycée de deux étudiants autour de la même passion pour le cinéma. Cet après-midi, ils retrouvent toute l'équipe au centre socioculturel afin de faire un point sur les avancées du projet. Floriane vient d'entrer en BTS Métiers de l'Audiovisuel à Metz et découvre la vie étudiante loin de sa famille et de ses amis. « Même si la rentrée a nécessité beaucoup d'organisation et de sacrifices, j'ai la chance de faire quelque chose qui me plaît vraiment... Entre les cours de culture audiovisuelle, les journées d'ateliers techniques, la pratique, le stage en entreprise, je vais pouvoir expérimenter et enrichir mes compétences ».


DES PARTENAIRES INSTITUTIONNELS EN SOUTIEN

Autour d'eux gravite une dizaine de jeunes, qui ont déjà aidé à la réalisation de plusieurs projets depuis le collège et qui affichent des savoir-faire et compétences très diversifiés. « Nous avons la chance de pouvoir compter sur une équipe mais nous avons besoin de toutes les bonnes volontés pour aller aussi loin que possible ».

C'est ainsi que l'équipe de « Sons of scenarii » compte sur le soutien de son entourage, mais également de partenaires institutionnels comme l'association le Récit, le Bureau d'accueil de tournage de Strasbourg ou encore la société de production strasbourgeoise Red Revolver représentée par le réalisateur Michaël Krsovsky, qui accompagne l'équipe dans toutes les phases du projet. D'autres professionnels soutiendront également leur démarche, que ce soit dans le cadre d'ateliers techniques (prise de son, lumière et mise en scène) ou en intégrant l'équipe de tournage. Ils apporteront leurs expérience et connaissances pour bonifier le travail des jeunes.

À côté d'elle, affichant un sourire complice, Romain, élève en classe de terminale L au Lycée Robert-Schuman, nous livre sans détour le « pitch » du film. « Notre court-métrage est une fiction d'anticipation présentant un futur désenchanté. Afin de contenir une crise inéluctable, le gouvernement a mis en place, durant des années, une politique de répression et d'austérité sans précédent. L'histoire présente Camille, une jeune sortant du collège qui s'apprête à quitter sa famille, à l'instar des autres jeunes de son âge. Tous intégreront pendant trois années, le « Nouveau Cycle de Socialisation », une structure éducative où elle apprendra un métier et les valeurs de la république. » On sent que les deux amis sont nourris par la même motivation et l'envie d'aller au bout de ce projet ambitieux, encore en phase d'écriture.

Le planning s'avère chargé jusqu'au tournage qui devrait se dérouler pendant deux semaines, au mois de juillet. Une vaste opération de communication au sein de la CAH sera lancée pour faire connaître leurs intentions et le projet au plus grand nombre.

Le site internet, les réseaux sociaux, le mailing, une campagne de crowfunding et un casting seront aussi organisés pendant les vacances de février.

Sons of Scenarii peaufine son projet de moyen-métrage

Éric Genetet

10 février 2020

Maxi Flash

Depuis un an et demi, l’équipe de jeunes passionnés d’audiovisuel Sons of Scenarii planche sur son projet de moyen-métrage, épaulé par le Centre socio-culturel Robert Schuman. Les lycéens ont fait le pari plutôt osé de réaliser un film d’anticipation qui mêle social, économie et politique.

Il paraît qu’on n’est pas sérieux quand on a 17 ans. Le projet de moyen-métrage de l’équipe de jeunes passionnés d’audiovisuel Sons of Scenarii ferait presque mentir le célèbre vers d’Arthur Rimbaud. Âgés de 17 à 18 ans, les lycéens planchent depuis un an et demi sur un projet de moyen-métrage, épaulé par le Centre socio-culturel Robert Schuman. L’histoire : dans un monde gouverné par des crises politiques et économiques, une ado, Camille, est sur le point d’intégrer un centre de socialisation, une structure où on lui assignera un métier et où lui seront inculquées les valeurs de la République.

Un film d’anticipation qui mélange social, économie et politique : « C’est un risque qu’on a pris », explique Romain Le Geay, 17 ans, en terminale L au lycée Robert Schuman de Haguenau. « Souvent, on nous dit que l’on n’a pas l’expérience requise pour traiter ce genre de sujets, des sujets d’adultes. Mais la réforme Blanquer sur le lycée, les grèves, la crise : on baigne tous là-dedans ! », se défend le lycéen.


SE PROFESSIONNALISER DANS LES MÉTIERS DU CINÉMA

Au départ, Romain et ses jeunes collègues espéraient sortir le moyen-métrage (entre 30 et 40 minutes) en décembre dernier. «On écrit le scénario à plusieurs, forcément, ça prend plus de temps», se marre le jeune homme. Avec, pour le moment un budget de 22.000 euros, la recherche de financements est aussi une grosse part du travail, mais le projet a bénéficié d’aides de la Communauté d’Agglomération de Haguenau, du Crédit Mutuel, de la CAF et du soutien de l’association Le Récit ou encore du Bureau d’accueil de tournage de Strasbourg.

En mars, l’équipe compte aussi lancer une campagne de financement participatif. Ce projet de moyen-métrage est aussi pour les lycéens l’occasion d’entamer une démarche de professionnalisation vers les métiers du cinéma et de l’audiovisuel : « certains veulent travailler dans le son, d’autres souhaitent devenir acteurs », précise Romain.

Les 21 et 22 février, ils organisent un casting au Centre socio-culturel trouver notamment des figurants. La sortie du film est prévue en décembre 2020.

Passionnés de vidéo

sept.-oct. 2020

Haguenau Info

Depuis de nombreuses années, le secteur jeunesse du CSC Robert Schuman Pins/Musau expérimente le média de l’image auprès des enfants, adolescents et adultes. C’est ainsi que, en 2018 et après deux années d’ateliers vidéo au collège Kléber, l’équipe de Sons of Scenarii a vu le jour grâce à une dizaine de jeunes passionnés. Les vidéastes ont depuis réalisé une douzaine de courts-métrages, et sont aujourd’hui une quinzaine – sans compter les figurants et les professionnels qui les accompagnent.

Motivés et ambitieux, ils se sont lancé un nouveau défi : réaliser un moyen métrage, par et pour les jeunes. Le tournage, qui devait commencer cet été, a été repoussé à juillet 2021 en raison de la crise sanitaire. L’occasion pour l’équipe de peaufiner le projet et s’entraîner en réalisant de nouveaux courts-métrages. Découvrez le projet et postulez pour devenir figurant sur leur site.